Vous êtes ici :

Alcool

Alcool et jeunesse

L’adolescent et le jeune adulte sont fragiles face à l’alcool :

Ils connaissent mal leurs limites
  • Sans le remarquer, ils vont boire trop d’alcool
Ils sont plus légers que les adultes
  • le taux d’alcool dans leur sang est plus grand
  • l’alcool a plus d’effets
Leur foie est encore en développement
  • le foie n’est pas capable de détruire l’alcool correctement
  • l’alcool reste plus longtemps dans le sang
Le cerveau est encore en plein développement
  • Le cerveau se souvient plus vite que l’alcool donne du plaisir
  • Le cerveau se souvient plus longtemps que l’alcool fait plaisir
  • Cela favorise le risque d’avoir un problème avec l’alcool
  • Cela favorise le risque d’avoir des problèmes avec d’autres substances aussi

Quand on est adolescent, on a envie de faire de nouvelles expériences. L’alcool peut aider à prendre des risques. Pourtant, il peut aussi mettre en danger. Il peut provoquer des:

  • Accidents
  • violences
  • relations sexuelles non protégées

Peut-être que l’ado se fait de fausses idées sur l’alcool.

 
L’abus d’alcool peut diminuer :
  • les capacités d’apprentissage
  • la mémoire
  • la capacité à prendre des décisions
 
C’est difficile d’être un adolescent. L’adolescence c’est :
  • un nouveau corps
  • des nouveaux défis
  • de nouvelles pressions
  • de nouveaux besoins.
  • Le regard des autres
  • du stress
  • des problèmes en tout genre
 
Les effets de l’alcool sont nouveaux aussi. Ces effets comportent plusieurs étapes :
  1. d’abord l’excitation
  2. puis un certain courage (désinhibition)
  3. enfin un grand calme ressenti.

Ces effets de l’alcool peuvent être plus attirants que les difficultés à traverser. Boire de l’alcool peut devenir plus simple que d’affronter les difficultés.

On parle de deux types de consommation :

1. La consommation à moindre risque

C’est une consommation qui :

  • diminue les risques de cancer
  • évite la perte de contrôle de la consommation

Une consommation à moindre risque veut dire :

  • qu’on consomme  2 verres par jour maximum si on est un homme adulte
  • qu’on consomme 1 verre par jour maximum si on est une femme adulte
  • qu’on reste 1 à 2 jours par semaine sans boire d’alcool
  • qu’on consomme 5 verres maximum pour un homme et 4 verres maximum pour une femme au cours de la même occasion (fête, réunion)

De plus, il faut :

  • Retarder au maximum l’âge de la première consommation d’alcool
  • Boire moins quand on devient plus âgé(e).
  • Renoncer à l’alcool lorsqu’on :
    • Est enceinte
    • Fait du sport
    • Doit se concentrer
    • Doit être disponible

2. La consommation à risque

Une consommation à risque se définit de trois manières :

 

La consommation chronique à risque

  • elle correspond à 2 verres ou plus par jour pour les femmes, 4 verres ou plus par jour pour les homme

 

La consommation épisodique à risque 

  • se caractérise par un épisode d’ivresse ponctuelle par mois minimum.

Soit : 4 verres ou plus pour les femmes 5 verres ou plus pour les hommes au cours d’une même occasion (fête, réunion)

 

La consommation inadaptée à la situation 

  • se caractérise par une activité incompatible avec la consommation d’alcool :
    • conduire en état d’ivresse
    • consommer sur son lieu de travail
    • consommer dans le sport
    • consommer pendant la grossesse
    • consommer lors de la prise de médicaments

Evolution de la consommation

Entre 2007 et 2017, on a constaté une augmentation de la consommation d’alcool à risque chez les hommes et chez les femmes. Cette augmentation est particulièrement marquée chez les jeunes femmes de 15 à 24 ans.

Chez les hommes :

  • elle a diminué entre 1992 et 2007
  • Elle est stable depuis 2007

Chez les femmes :

  • Elle est stable depuis 1997

La consommation chronique à risque concerne 6% des personnes de + de 65 ans.

Mais la consommation occasionnelle d’alcool à risque, ou l’«ivresse ponctuelle», touche en majorité les adolescents et les jeunes adultes.

Chez les jeunes entre 15 et 24 ans :

  • 8% des hommes s’enivrent au moins une fois par semaine
  • 22% des hommes s’enivrent une fois par mois,
  • 4% des femmes s’enivrent au moins une fois par semaine
  • 15% des femmes s’enivrent une fois par mois.

Votre consommation ou celle d’un proche vous inquiète ?

Le site www.stop-alcool.ch offre un test d’auto-évaluation

La FEGPA / Carrefour addictionS répond à vos questions et peut vous recevoir (+41 22 329 11 69, info@fegpa.ch)