Vous êtes ici :

«15% des Suisses ont participé au Dry January»

Cette année, la Suisse participait pour la première fois au Dry January. L’opération, soutenue par la Confédération, vise à encourager les consommateurs à se passer d’alcool tout le mois de janvier. Extrêmement satisfaits, ses organisateurs, le Groupement romand d’études des addictions (GREA) et la Croix-Bleue romande, ont publié ce mardi un premier bilan chiffré: selon un sondage effectué sur un échantillon de 528 personnes, 15% des plus de 18 ans y ont participé. Le succès est particulièrement marqué pour la Suisse romande, où «62% de la population connaît le Dry January, contre 41% en Suisse alémanique», indique le communiqué.

«Nous sommes ravis, réagit Célestine Perissinotto, secrétaire générale adjointe du GREA. Parmi les chiffres les plus réjouissants, 3800 personnes se sont inscrites à la newsletter, dont près d’un tiers en Suisse romande. L’application Try Dry a quant à elle été téléchargée 4000 fois. Pour nous, ce sont des indicateurs-clés, qui montrent une démarche active de la part des participants.»

«Il est possible que le fait que les gens aient beaucoup été devant leurs écrans, sur les réseaux sociaux, les ait plutôt exposés à l’idée et les ait encouragés à se lancer.»

Célestine Perissinotto, secrétaire générale adjointe du GREA

À ceux qui estimeraient que ces chiffres ne sont pas si impressionnants, Célestine Perissinotto rétorque en habituée des études sur les addictions. «Il faut bien se rendre compte qu’on parle d’une campagne de prévention. Pour le grand public, ça n’est pas toujours sexy. À titre de comparaison, ces derniers chiffres étaient de l’ordre de 8000 en France pour la première édition, l’an dernier. C’est beaucoup moins en regard de la population. On a vraiment été bluffé.»

Lire la suite