Vous êtes ici :

Prise de position du Dr.Jean-Paul Humair. “L’OMS a-t-elle raison de s’en prendre au vapotage?”

“La prise de position de l’OMS sur la nocivité du vapotage est excessive par rapport aux données disponibles actuelles.
La vaporette (ou cigarette électronique) ne contient pas de tabac et n’implique aucune combustion. On y retrouve notamment pas les goudrons cancérigènes ni le monoxyde de carbone causant des maladies cardio-vasculaires. On retrouve quelques substances toxiques (aldéhydes) mais à des taux beaucoup plus faibles que dans la cigarette classique. A court terme, le vapotage n’entraîne que des effets indésirables mineurs et passagers tels que bouche sèche, irritation de la gorge ou toux. Le risque connu le plus important est celui de l’addiction à la nicotine, qui peut altérer le développement cérébral chez les jeunes. Par contre on ignore encore les risques du vapotage à long terme. De par la composition du liquide, cette toxicité est probablement beaucoup plus faible que celle des cigarettes fumées.
Pour les fumeurs de tabac, une étude récente montre clairement que le vapotage est efficace pour cesser de fumer avec un taux d’arrêt doublé par rapport aux substituts nicotiniques. Les premières études tendaient à montrer un effet favorable de la vaporette sur l’arrêt du tabac mais qui n’était pas significatif. D’autres études sont en cours pour déterminer l’efficacité du vapotage pour l’arrêt du tabac ainsi que son éventuelle toxicité.
Comme la vaporette contient de la nicotine qui a un haut potentiel addictif, il est nécessaire de réguler ce produit afin de protéger les non fumeurs et les mineurs contre cette dépendance, comme le propose l’OMS. Ces mesures de régulation sont semblables à celles recommandées pour les produits du tabac et incluent: interdiction de publicité et de promotion commerciale, taxation, interdiction de vente aux mineurs, déclaration de contenu et contrôle de qualité des produits, interdiction de vapoter dans les lieux publics et de travail.”
Dr.Jean-Paul Humair – médecin / Directeur du CIPRET Genève
“L’OMS a surpris vendredi avec un jugement très sévère sur les cigarettes électroniques dans son rapport mondial sur le tabac, affirmant qu’on ne pouvait pas les recommander comme aide au sevrage. Une position trop tranchée aux yeux de certains experts de la lutte anti-tabac.” lire la suite