Vous êtes ici :

Le cannabis fortement dosé augmente le taux de psychose dans la population

Une étude montre l’impact de la consommation de cannabis sur le taux d’épisodes de psychose diagnostiqué dans une population. Le lien avec la psychose est plus fort dans les villes où le cannabis a un plus haut taux de THC.

La consommation quotidienne de cannabis, en particulier de cannabis à forte teneur en THC (au-delà de 10% de tétrahydrocannabinol, principe actif responsable des effets sur la conscience), est fortement liée au risque de développer une psychose, selon une étude publiée mercredi dans la revue The Lancet Psychiatry.

Les chercheurs du King’s College de Londres ont mené leur étude dans 11 villes européennes, dont Paris, Londres, Amsterdam et Barcelone et une ville brésilienne. Il en ressort que le lien avec la psychose est plus fort à Londres et à Amsterdam, où le cannabis à fort teneur en THC est plus facilement disponible.

“La psychose est un état où sont présentes des hallucinations ou des illusions, donc des troubles de la perception, des troubles de la pensée ou des idées de délires”, explique mercredi à la RTS Daniele Zullino, chef du Service d’addictologie du département de santé mentale et psychiatrie des HUG.

En principe sous l’effet du cannabis, tout le monde est psychotique. “C’est même l’un des effets recherchés”, développe-t-il. Mais le problème de psychose poussant à la consultation, comme mentionnée dans l’étude, survient lorsque l’on consomme régulièrement et que ces symptômes sont chroniques, sur plusieurs jours ou plusieurs semaines. voir la vidéo