Vous êtes ici :

Tabagisme: lutter en payant?

Lettre du jour Crans-Montana, 16 août

Capture d’écran 2016-08-24 à 13.42.11“Notre Tribune du 16 août vient de se faire l’écho des résultats encourageants obtenus par une incitation à cesser de fumer en offrant de l’argent à ceux qui sont prêts à quitter les bras mortifères de Monsieur Nicot. L’auteure de cet article affirme que «l’argent est plus fort que la prévention». Cette constatation me paraît plus que réductrice, car les mesures de prévention sont heureusement multiples et de nombreuses études ont montré que leur efficacité était très variable en devant tenir compte de nombreux paramè- tres psychologiques et socio-économiques. En luttant contre le tabagisme, on s’attaque à un produit qui induit une très forte dépendance, à un puissant ennemi de notre santé. Pour le combattre, plusieurs armes ont dû progressivement être façonnées et mises à la disposition des fumeurs qui veulent, dans leur grande majorité, s’en débarrasser. Pour l’instant, aucune mesure de prévention ou de désaccoutumance ne s’est révélée être une totale panacée. Pour gagner la guerre contre le tabagisme, on est donc toujours obligé d’utiliser plusieurs approches préventives et thérapeutiques avec le souci de constamment les améliorer pour augmenter leur taux de réussite. C’est un combat qui reste difficile; il se heurte à la farouche résistance de l’industrie qui met le produit sur le marché et à la coupable incompréhension de certains politiciens.”

Dr Hubert S. Varonier, président d’honneur des Cipret Genève et Valais