Vous êtes ici :

Accro aux jeux, il n’arrive pas à être interdit de PMU

Plus d’un million dilapidé en vingt ans. Dans les casinos et les PMU, à Genève, à Lausanne et en France voisine. Au fil des ans, Malik* a perdu son job, sa famille, son logement, ses amis. Il ne parvient pas à garder un travail, car il se sait capable de tout dès qu’il touche de l’argent. «Je suis incontrôlable», souffle le joueur maladif de 42 ans, déprimé et suicidaire. Il avoue crouler sous les dettes: «J’ai fait de la prison pour escroquerie. Un jour, j’ai même laissé mon père sur son lit de mort pour aller jouer 500 francs.» Suivi par un médecin depuis 2007, l’homme a eu des périodes d’abstinence, mais il replonge toujours.

Lire la suite