Vous êtes ici :

Le CHUV ouvre quatre lits de dégrisement pour alcoolisation aigüe

L’établissement enregistre une trentaine de cas de ce type par semaine, soit 5% des admissions totales. Pour un tiers, il s’agit de jeunes qui ont abusé mais qui ne risquent pas de faire de complication médicale. Ils n’ont donc pas leur place aux urgences mais doivent être encadrés et surveillés.

Ce projet pilote sera testé durant neuf mois en intégrant internistes, infirmiers, assistants sociaux, psychologues et psychiatres. Cette équipe pluridisciplinaire fera également de la prévention auprès des fêtards.

Lire et écouter l’extrait