Vous êtes ici :

Japan Tobacco accusé de couvrir des contrebandiers

Un ancien chef de la sécurité du cigarettier avait dénoncé sa hiérarchie genevoise, qui aurait étouffé des enquêtes. Il a été licencié, et des milliers de documents ont été publiés. JTI dénonce une machination.

L’affaire est des plus embarrassantes pour le cigarettier Japan Tobacco, et en particulier pour son quartier général genevois, Japan Tobacco International (JTI), qui supervise les activités mondiales du groupe. Des milliers de notes, de rapports et d’e-mails internes, certains signés de hauts cadres de JTI à Genève, ont été rendus publics le 4 novembre dernier par un réseau de journalistes basé en Europe de l’Est, le Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP). Ces documents ont été divulgués par d’anciens enquêteurs de JTI spécialisés dans la lutte contre la contrebande. Le porte-parole de JTI, Guy Côté, a confirmé l’origine de la fuite au «Matin Dimanche». Le groupe se dit victime d’une machination ourdie par ces anciens employés, qui auraient été licenciés pour fautes
graves.

Lire l’article complet